La commune aujourd'hui

Situation géographique

La commune de Vescovato est située dans la partie Nord Est de la Corse, au sein de la micro-région de Casinca dont le territoire est délimité au Nord par le fleuve du Golo et au Sud par la rivière du Fium'alto.
Son territoire, constitué d'une étroite bande de terre, d'orientation Ouest-Est, s'étend sur 1752 ha, depuis les contreforts du Mont Sant'Angelo (1218 m) jusqu'à l'embouchure du Golo. Le territoire se termine en pointe, sans avoir de façade maritime directe sur la mer Tyrrhénienne.
La commune est le chef-lieu du canton de Vescovato composé des communes de Venzolasca, Loreto di Casinca, Sorbo-Ocagnano, Castellare di Casinca, Penta di Casinca et Porri. 

voir aussi : Plan d'accès - carte interactive. 

Géomorphologie

La géologie du territoire est assez récente puisque les terrains géologiques qui le composent datent des ères quaternaire à secondaire. On peut distinguer plusieurs unités structurales :
- les terrains géologiques de la plaine datent de l'ère quaternaire. Vieilles d'environ 1,65 millions d'années, les formations géologiques de la plaine, sédimentaires, sont composées d'alluvions du Golo. Cette plaine alluviale constitue aujourd'hui l'espace agricole de la commune depuis le côté oriental de la RN 198 et jusqu'à l'embouchure du Golo.
- les terrains géologiques du piémont datent de l'ère tertiaire et secondaire. Vieilles de 5 à 20 millions d'années, les roches affleurantes sont des schistes métamorphiques lustrés.

 

Climatologie

Le climat de la commune est comparable à celui de la région de Castagniccia. Les caractéristiques du climat méditerranéen sont prépondérantes : des températures moyennes élevées (environ 15 °C), une sécheresse estivale et des précipitations élevées à l'automne et au printemps (entre 700 et 800 mm).

Grâce à son climat pluvieux, la végétation est abondante.

 

Hydrologie

Le réseau hydrographique est marqué par de nombreux cours d’eau qui sillonnent l’ensemble du territoire.

Le premier, qui est le plus important, est le fleuve du Golu qui traverse une partie du territoire d’Ouest en Est (sur 8 kilomètres) en limite avec la commune de Lucciana. Le Golu prend sa source dans le massif de la Paglia Orba à 90 kilomètres en amont, pour se jeter dans la mer Tyrrhénienne.

La seconde rivière d’importance est le ruisseau Cintrone (3 kilomètres) qui est alimenté principalement par de nombreuses sources du bassin versant de « Macinaghju Minuzetta », dont la crête est située à 600 mètres d’altitude. Tout le long de son parcours de nombreuses sources viennent l’alimenter.

Ces cours d’eaux ont un caractère torrentiel dont le débit présente des fluctuations très marquées en fonction des saisons.

De nombreux autres ruisseaux, aux écoulements intermittents ou pérennes, sont identifiés sur le territoire et terminent leurs courses en direction du littoral.

La commune possède aussi de nombreux autres ruisseaux, un canal d’irrigation pour l’agriculture, aujourd’hui abandonné, des sources et des fontaines.

La plaine agricole est irriguée par un réseau d’eau brute géré par l’Office d’Equipement Hydraulique de la Corse. 

 

Démographie

La commune n'a cessé de voir sa population croître tout au long du 20ième siècle. Alors que Vescovato ne comptait que 1056 habitants en 1962, en quarante ans, ce chiffre a plus que doublé pour atteindre aujourd'hui 2482 habitants.
Cette progression s'observe dans toutes les communes de Casinca et montre l'attractivité de cette micro-région attirant de nombreux actifs, désireux d'habiter en dehors de l'agglomération bastiaise.
En augmentation constante entre 1962 et 1975 (+ 50 %  durant la première période intercensitaire et + 25 % durant la deuxième), la population a accusé  au début des années quatre-vingt dix, un léger fléchissement de sa progression.
Le dernier recensement, marque à nouveau une augmentation sensible du nombre de nouveaux logements, et donc un accroissement de la population, estimée à 2482 habitants par l'INSEE en 2011, soit une population DGF de 2599 habitants.
L'image de Vescovato à travers la pyramide des âges, est celle d'une commune dynamique et jeune.

Données INSEE 2009 (mise à jour le 28 juin 2012).

 

Vie locale

Les équipements et services publics implantés sur Vescovato sont nombreux. Le tissu commercial est étoffé, notamment dans l'agglomération d'Arena et le long de la RN 198 : grande surface commerciale, super service de proximité, concessions automobiles, station service et autres petits commerces de proximité ainsi que des professions libérales… créant un pôle économique satisfaisant pour les besoins de la population locale.
Sur le village ancien, on compte des commerces de proximité (bars - restaurants). Une alimentation générale a réouvert en août 2007.

 

 

 

 

Milieu économique

Le contexte économique général de la commune permet de constater une avancée du secteur tertiaire au détriment des secteurs primaire et secondaire.

la commune a vu croître sa population active de 3,5% (1999 à 2007) pour atteindre aujourd'hui 61,2% d'actifs 1542 habitants). Le nombre d'inactifs est en baisse et représente 38,8% (INSEE 2010).

Le taux de chômage est de 15,4 % en 2009 contre 21,6% en 1999:


L'activité économique sur la commune de Vescovato est assez développée, de par sa position "d'attractivité" par rapport aux communes voisines (INSEE) et, pour partie, en tant que chef-lieu de canton. Les demandeurs d'emploi de la commune sont en majorité des femmes (27 % contre 18 % pour les hommes). Elles représentent ainsi 44 % des chômeurs alors qu'elles ne constituent que 34 % de la population active.

Une répartition bipolaire des secteurs économiques :
Le secteur tertiaire est le plus important en termes de nombre d'établissements (45 % des établissements) car Vescovato est un chef-lieu de canton où de nombreuses administrations sont implantées (Mairie, Trésor public, Education nationale, Gendarmerie, la poste, services décentralisés de l'ODARC et de la chambre d'Agriculture). De plus, sa centralité en a fait également un pôle en matière de professions libérales et commerciales.

Le secteur touristique freiné par l'absence de littoral :
Vescovato, avec sa capacité d'accueil de 650 personnes (répartie entre les locations et les résidences secondaires), peut augmenter sa population de 25 % en saison touristique. Toutefois, son principal handicap réside dans l'absence de littoral sur la mer Thyrénéenne. Le développement du tourisme sur Vescovato vient du tourisme vert. Les potentialités de la commune sont réelles dans ce domaine, car située au cœur de la Casinca, aux abords de la micro-région touristique de la Castagniccia.

La fiscalité locale :
L'étude du budget primitif 2013 (voir rubrique budget communal) donne une bonne indication de la situation financière de la commune et de la diversification de ses ressources. Les taux communaux appliqués sont, exceptés pour l'ancienne taxe professionnelle, très largement en deçà des moyennes nationale et départementale pour les communes de même strate démographique. Les dotations de l'Etat représentent 60% des recettes communales et sont en trés légère augmentation. Avec un taux d'endettement représentant 0,88% du budget communal, la commune demeure trés largement en deçà du taux d'endettement des communes de même catégorie. Ce taux permet à la commune de disposer d'une marge de manœuvre intéressante en matière d'investissements.

 

Le parc de logements

De recensement en recensement, le nombre de logements n'a cessé d'augmenter. Vescovato comptait en 2009 plus de 1202 logement (contre 1080 en 2006), soit deux fois plus qu'il y a trente ans, avec des prévisions de construction  de logements supplémentaires trés forte (Recensement INSEE 2009).

La part des résidences principales était de 81,3% et celle des secondaires de 10,8%

 
 
 
 

Si la décennie 1981-1991 avait vu la construction de 142 logements (construction des logements sociaux et du lotissement des Hespérides dans le secteur d'Arena), la décennie suivante a connu un ralentissement certain du nombre de demandes de permis de construire, ayant baissé de moitié. Avec la réalisation sur le territoire communal, d'un réseau d'assainissement (collecte des eaux usées), avec la mise en service, fin 2003, d'un système d'épuration, puis l'élaboration d'un Plan Local d'Urbanisme, l'on constate un regain du nombre de permis de construire de maisons individuelles, comme de permis d'aménager, délivrés.

La population de la commune est de 2482 habitants en 2011(I.N.S.E.E) soit 2599 habitants(Etat -DGF).

 

Les projets immobiliers

Le Plan Local d'Urbanisme de la commune a été approuvé le 7 décembre 2007.


Ce document permet désormais d'entrevoir un réel développement immobilier sur le territoire communal.

Sa révision (2011-2012) est nécéssaire pour accompagner plus encore  une urbanisation maîtrisée de la commune et son développement économique et social : zone d'activités artisanales et commerciales (ex : agro-alimentaire), groupe scolaire, centre de loisirs, extension du complexe sportif...


Les années 2007 et 2008 ont vu 26 permis de construire accordés, représentant 85 logements (maisons individuelles ou petit collectif) supplémentaires.

Aujourd'hui deux lotissements ( "A Torra" et "Le Clos de Vescovato")sont en cours de réalisation à Bacajola, soient 76 maisons individuelles, construites d'ici 2014.

- La construction d'un ensemble collectif de 100 logements à terme, a débuté au PETRAULU.

- Une opération immobilière de 16 logements est en cours au lieu dit Vallicella, à Torra.

- Le  permis d'aménager, d'une résidence de loisirs (25 appartements), à Suertolu " Paese di Perre".

- Le lotissement " E Perre"  de 9 lots, est en cours de réalisation.

- Une opération immobilière (14 logements) est porgrammée au lieu dit Palasca.

Sont au stade d'avant projets sommaires :

- la création de 40 maisons individuelles à Aghja Rossa.

- la création d'un petit collectif au Forcione.

Sont à l'étude :

- Un ensemble immobilier de 60 logements et 1500 m2 de surfaces commerciales à Torra.

- La construction de 6 immeubles (40 logements)à Sinisera.

- La réalisation d'un lotissement et du petit collectif à Torra.

 

(Voir rubrique "accueil" puis "urbanisation")